Livre

Oser l’improductivité, disponible sur Amazon.fr et lulu.com, et en version ebook sur Amazon.fr.

Mon premier livre, auto-édité, est une synthèse des idées défendues sur ce blog. Pour comprendre le sujet du livre en moins de 18 minutes, visionnez mon TED-talk. Et pour en savoir plus, lisez la suite.

Couv_face_détourrée

La productivité est dans les gènes de tous les managers. Après douze mille ans d’économies d’échelle, de division et de subdivision du travail, nos organisations atteignent aujourd’hui des sommets d’efficacité.

Du taylorisme au lean manufacturing, toutes les démarches de standardisation du travail masquent un effet secondaire inquiétant : les organisations s’alourdissent et leur pilotage est devenu bien trop complexe. Pourtant les entreprises vont devoir faire preuve de souplesse : la demande évolue, les crises économiques et financières se succèdent, la menace de nouveaux conflits s’amplifie et le réchauffement climatique se confirme.

L’incertitude et la volatilité pèseront bientôt comme jamais sur nos activités : les structures ultra-productives, mais trop rigides, condamneront les entreprises qui ne les auront pas démantelées.

L’Entreprise improductive est un modèle qui change le paradigme de la performance. Elle ne cherche pas à réduire les coûts, elle augmente sa valeur ajoutée. Elle ne perd pas de temps à mesurer sa compétitivité, elle provoque la rupture. Elle ne cherche plus à produire toujours plus. Au contraire, elle réduit sa production et variabilise ses coûts pour absorber tous les chocs.

Elle est innovante : elle équilibre son développement entre stratégies de rupture et innovations incrémentales.

Elle est agile : elle développe ses produits et les fabrique très vite, elle identifie tout de suite les évolutions de la demande et réaligne sa chaine d’approvisionnement immédiatement.

Elle est résiliente : elle produit moins, elle externalise tout ce qu’elle peut et intègre les évolutions technologiques telles que l’impression 3D, la connectivité et la mobilité pour réduire ses immobilisations.

Voir le Communiqué de presse

Voir le Dossier de presse

Contacter l’auteur